Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 11:23
Depuis un mois, me revoilà étudiante... 6 ans après avoir quitté les bancs de la fac, me revoici en formation pour un an...

Le barreau, je ne peux plus, je ne veux plus... je le tiens pour responsable de l'aggravation de ma maladie, de son accélération... quand je retourne à mon bureau tout neuf pour récupérer un document, ou traiter une petite affaire confiée par un proche, ou faire ma comptabilité annuelle, l'angoisse me monte, ma gorge se serre, j'ai envie d'une seule chose : partir en courant...

Alors, j'ai fait des demandes d'emploi dans des sociétés privées, en qualité de juriste, mais sans succès...

Donc, plutôt que de passer une année de plus à ne rien faire, dans l'espoir de trouver un emploi qui me corresponde mieux, j'ai décidé de spécialiser mes connaissances. Et me voila en classe, avec une trentaine d'autres étudiants, à peine majeurs pour la plupart.

Ma rentrée fut très contradictoire... J'étais à la fois ravie de reprendre une activité, et de retourner à la fac, environnement rassurant que je connais bien, et en même temps très touchée de "retourner en arrière"... touchée dans mon amour propre, moi qui ai toujours tout réussi dans ce domaine, sans la moindre année de retard... Avec le temps, je me suis habituée à l'idée, et les jeunes des ma promo sont vraiment agréables et drôles...

Ce qui me gêne le plus, finalement, c'est cette fatigue que je ressens encore si souvent... Je n'ai cours que trois jours par semaine, et je dois me lever à 7h, ce qui n'est pas particulièrement tôt... L'heure du réveil est très difficile à vivre, je ne peux me lever, je reste au lit le plus longtemps possible... le premier jour des trois, j'arrive difficilement à être efficace en cours. Le second jour, un peu moins, le troisième jour, je m'endors physiquement... c'est affreux cette sensation que votre corps ne vous répond plus... je lutte pour garder mes yeux ouverts, malgré l'intérêt que je peux porter à l'enseignement dispensé, je sursaute au bruit d'un camarde qui tousse... je prends la bras qui bouge de ma camarade de devant pour mon chat et je manque de le caresser, avant de réaliser, dans un sursaut, que je ne suis pas sur mon lit... En rentrant à la maison, je ne peux rien faire d'autre que m'allonger, dormir, et aller aux toilettes évidemment... Ah oui, et puis, je suis en retard, tout le temps... Je pars toujours à la bourre, très très juste...

Jamais je n'avais ce type de réaction avant la maladie, même si j'ai toujours été une grosse dormeuse... je crains parfois à présent de m'endormir au volant...

Car ce paramètre n'est pas à négliger !  Les trois selles par jour que j'arrivais à comptabiliser il y a quelques semaines sont de loin dépassées, maintenant que je dois me lever, et m'activer dès le matin. Je dois souvent utiliser les toilettes de la fac, m'éloigner le plus possible du groupe, pour éviter qu'ils entendent les bruits, et Dieu sait qu'ils s'entendent, jusque dans le couloir... alors, le temps de revenir en classe, car je ne fais plus ces choses là en trois minutes, le cours a souvent déjà repris... c'est terriblement embarrassant : j'ai l'étiquette de la fille qui est toujours en retard. Mais ce n'est pas si grave... Et puis j'ai si souvent mal... Rester assise pendant 7h d'affilié n'est pas la position la plus confortable et fort souvent dès 15 h, de violentes douleurs gazeuses se font ressentir, pour ne plus me quitter jusqu'au soir, alors même que j'ai dégrafé mon pantalon...



Tout me parait difficile, chaque contrainte, un mur à escalader...

Alors, qu'en sera-t-il de ma place au sein d'une entreprise privée, où on attendra de moi performance, célérité, réactivité ? Où j'aurais sur le dos une hiérarchie ? où la bonne marche de l'entreprise toute entière reposera sur mes épaules tremblantes ?

Qu'en sera t il des jours où je serai fatiguée, en épisode de diarrhée, comme en ce moment, et où je devrais manquer mon travail ?

Ne devrais je pas revoir mes prétentions une fois de plus, vers un métier plus "plan plan" ? Je pense tenter d'entrer dans la fonction publique... pourquoi pas à l'inspection du travail ? Mon dossier de demande de travailleur handicapé est formé, je n'ai plus qu'à le déposer...

Je suis en pleine quête de mon avenir professionnel, moi pour qui tout a toujours coulé de source dans ce domaine... aujourd'hui, je suis  perdue...
Partager cet article
Repost0

commentaires

HEDREUX 29/12/2009 15:59


Bonjour Audrey,

Merci pour le partage de ton expérience et tout cela me parle tellement.
Je me raconte dans un récit de vie "Recto la vie c'est nickel Crohn" tu peux aller faire un tour sur le blog et découvrir la video présentant succintement le livre et parcourir quelques pages.
Merci et encore merci d'avoir eu le courage d'écrire, j'espère que mon expérience pourra aussi t'aider.
Bien cordialement
Jean-michel


audrey a 30/12/2009 23:50


Ha ouiiii !! j'ai entendu parler de ce bouquin à la télé. Chapeau bas pour avoir réussi à parler publiquement de la vie des stomisées, sujet tellement tabou, y compris pour nous mêmes.

J'irai voir votre site, et je ne manquerai pas de faire quelques petits commentaires.

Encore bravo et bonne fin d'année.
Audrey


chambaudie 27/12/2009 15:45


bonjour Audrey
je suis un homme de 53 ans et comme toi colectomiséen fevrier 2007
j'ai eu enormément de questions au sujet de la maladie et de l'opération car je n'avais pas internet et personne pour me renseigner sur tout ça , j'ai fait une confiance aveugle a mon chirurgien et
son equipe et avec le recul sans aucun regret car nous souffrons plus avant qu'aprés l'operation
un peu plus de deux ans aprés ce n'est toujours pas simple mais je revis car pas de regime un peu de discipline c'est tout et je retravaille dans le batiment ce qui n'est pas simple et parfois trés
fatiguant et a tout les temps
en ce qui concerne la maladie j'en parles autour de moi car tout le monde sait que "j'en ai chier "mais ne savait pas de quoi et pourquoi : alors depuis j'ai raconter mon experience mille et une
fois .ça m'a permis de slectionner des gens ( car beaucoups ce sont eloigner et d'autre raprocher )ils comprennent ou pas certaints de mes etats d'ames a certains moments et maintenant
contairement a toi je n'ai pas de cure ni de sports mais je bouge énormément aussi le soir a 22h je suis H.S
voila mon petit vécu si tu veus mon epouse ou moi même te repondrons sur ma boite mail :
jean-marie.chambaudie@voila.fr
je te souhaite bon courage meilleure santé et un bon reveillon
amicalement J.m


audrey a 04/02/2010 17:04


C'est intéressant de voir comment d'autres vivent leur maladie. Cette fatigue... elle pèse quand même lourd... C'est bon de lire que pour toi, la vie a repris le dessus. Merci de ton
témoignage.

Audrey


Présentation

  • : Le blog de audrey a
  • : Je viens de subir une chirurgie lourde et éprouvante, suite à une recto-colite hémorragique, une maladie chronique de l'intestin. Ce blog a pour objet de faire partager les différents sentiments, les centaines de questions que j'ai pu me poser depuis l'aggravation de la maladie. Je ne suis pas médecin, et ne détiens aucune autre connaissance que celle que mon expérience propre m'a permis de vivre. Puisse ce recueil de pensées, de questions, de doute, d'état d'âme et d'espoir être utile à d'autre
  • Contact

Recherche

Archives

Liens